TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 PÉDOPHILIE ET TRAITE DES ENFANTS DANS LES PAYS MUSULMANS

Aller en bas 
AuteurMessage
invitée

avatar

Localisation : Tarn

MessageSujet: PÉDOPHILIE ET TRAITE DES ENFANTS DANS LES PAYS MUSULMANS   Jeu 8 Juil 2010 - 8:31

THE DANCING BOYS OF AFGHANISTAN






Comme les États-Unis approfondit son engagement en Afghanistan, Frontline prend les téléspectateurs au coeur de la nation déchirée par la guerre pour révéler une pratique inquiétante qui est une fois de plus florissante dans le pays: l'abus sexuel organisé des garçons adolescents.

Dans Les Garçons de danse de l'Afghanistan, la journaliste afghane Najibullah Quraishi ( Derrière les lignes des talibans ) retourne dans son pays natal pour exposer une pratique ancienne qui a été ramenée par les puissants seigneurs de guerre, anciens chefs militaires et hommes d'affaires fortunés. Connue sous le nom "bacha bazi" (traduction littérale: "boy play"), cette pratique illégale exploite des orphelins de la rue et des garçons pauvres, certains aussi jeunes que 11 ans, dont les parents sont payés pour abandonner leurs fils à leurs nouveaux "maîtres". Les hommes habillent les garçons femmes et les forment pour chanter et danser pour leur propre divertissement et celui de leurs amis. Selon les experts, les garçons de danse sont utilisés sexuellement par ces hommes puissants.

Dans les conversations approfondies avec plusieurs maîtres Bacha Bazi dans le nord de l'Afghanistan et avec les garçons de danse qu'ils possèdent, la reporter Quraishi révèle une culture où les riches hommes afghans exploitent ouvertement certains des plus pauvres et des plus vulnérables de leur société.

« Ce qui était si troublant chez les hommes que j'avais rencontrés, c'est qu'il ne s'agissait pas seulement de leur manque d'intérêt pour les dommages des abus qu'ils ont commis sur les garçons », dit Quraishi. « C' était aussi leur désinvolture avec laquelle ils opéraient et la fierté avec laquelle ils m'ont montré leurs garçons, leurs amis, leur monde. Ils coyaient réellement que rien de ce qu'ils faisaient était mal. »

Sous le prétexte de faire un documentaire sur les pratiques similaires en Europe, Quraishi gagné la confiance de Dastager, un ancien commandant moudjahidin et riche homme d'affaires dont les intérêts commerciaux notamment dans les importations d'automobiles en provenance de l'Extrême-Orient. Avec Dastager comme guide, Quraishi amène les téléspectateurs dans l'univers de bacha bazi, où des hommes de premier plan sont en concurrence pour posséder et utiliser les garçons.

« J'ai eu un garçon parce que chaque commandant avait un partenaire », explique Mestary, un ancien commandant qui est bien relié avec les principaux chefs de guerre afghans. « Parmi les commandants il y a de la concurrence, et si je n'en possèdais pas eu un, alors, je ne pouvais pas rivaliser avec eux. »

« Je vais dans chaque province pour avoir du bonheur et du plaisir avec les garçons », dit un homme afghan connu sous le nom "L'Allemand", qui agit comme un souteneur bacha bazi, fournissant aux hommes des garçons. « Certains garçons ne sont pas bons pour danser, et ils seront utilisés à d'autres fins. ... Je veux dire pour la sodomie et d'autres activités sexuelles. »

« C'est une pratique répugnante. ... C'est une forme d'esclavage, de prendre un enfant, le retenir. C'est une forme d'esclavage sexuel », dit Radhika Coomaraswamy, la Représentante spéciale de l'ONU pour les enfants et les conflits armés. « La seule façon d'arrêter bacha bazi est de poursuivre en justice les personnes qui commettent ce crime, et c'est ce dont nous avons besoin, parce que les lois sont là, dans les livres, contre cette pratique. »

Dans le documentaire, Quraishi interview des officiers de la police locale qui insistent pour que les hommes qui participent à bacha bazi soient arrêtés et punis, indépendamment de leur richesse ou de leurs puissantes relations. Plus tard, ce jour-là, cependant, les caméras de Quraishi capturent deux agents du même service de police en train d'assister à une bacha bazi party illégale .

« Beaucoup de gens qui y participent travaillent pour le gouvernement », explique Nazir Alimy, qui a compilé un rapport sur bacha bazi pour l'UNICEF. « Ils dénoncent cette pratique, mais ils sont eux-mêmes abuseurs. ... Personnellement, je ne peux citer aucun nom parce que j'ai peur. »

Quraishi parle avec des garçons de danse qui craignent d'être battus ou tués. « S' ils s'éloignent, ils se font tuer », dit un garçon de danse de 13 ans. « Il se produit parfois des bagarres entre les hommes et leurs propres garçons. Si vous ne les satisfaisez pas, ils vous battent, et il y en a qui se font tuer. »

Quraishi parle également avec la famille de Hafiz, agé de 15 ans, qui aurait été assassiné après avoir essayé d'échapper à son maître, un narcotrafiquant notoire et chef de guerre. Dans le cas de Hafiz, un suspect - le policier qui a fourni l'arme qui a tué Hafiz - a été arrêté et condamné. Condamné à 16 ans de prison, l'agent a été libéré après avoir purgé seulement quelques mois. La famille de Hafiz dit qu'ils soupçonnent l'ancien propriétaire du garçon d'avoir soudoyé les autorités locales pour obtenir sa libération.

« Si seulement ces gens étaient punis, ce genre de choses ne se produirait pas », dit la mère de Hafiz. « Aucun de ceux qui commettent ces crimes n'est puni. Le pouvoir est le pouvoir. »

L'émission se terminera par les dernières nouvelles concernant les tentatives pour organiser la libération de l'un des garçons de danse dans le film, un garçon de 11 ans acheté par Dastager à une famille pauvre en milieu rural. Il s'agit du chapitre dramatique final, plein de nouveaux chocs et de surprises, et qui, au final, apporte une mesure de justice pour l'enfant et son maître.


cligno étoile http://www.pbs.org/wgbh/pages/frontline/dancingboys/view/





Edit du 3 octobre 2011: On dirait bien que ce documentaire a disparu du web dans sa version sous-titrée en français; je continue à le rechercher.

J'ignorais que l'Afghanistan avait autant de pouvoir sur internet !!!
C'est comme la censure des vidéos tournées pendant la répression des manifestations en Iran en juin 2009.

Les élites illuminati islamophobes ? Hmm...

En attendant, en voilà dejà deux extraits:



Le voici en français, mais on dirait qu'il manque environ 8mn et la qualité est médiocre: