TRANSITION ET ARCHE


 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DOUBLES JEUX

Aller en bas 
AuteurMessage
invitée

avatar

Localisation : Tarn

MessageSujet: DOUBLES JEUX   Lun 23 Nov 2009 - 0:30

L’ARMÉE BRITANIQUE ASSURE LE TRANSPORT DES TALIBANS




LES RUMEURS D'HÉLICOPTÈRES NE S'ESTOMPENT PAS




DES ARMES AMÉRICAINES AUX MAINS DES TALIBANS




et



AFGHANISTAN : WASHINGTON A FINANCÉ À SON INSU DES TALIBANS



ont été transférés ICI afin de rassembler sur un même topic tous les articles traitant de l'infiltration et l'instrumentalisation de l'Islam par les satanistes.




Dernière édition par invitée le Mer 1 Aoû 2012 - 13:42, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée

avatar

Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: DOUBLES JEUX   Lun 14 Déc 2009 - 21:58

LES TALIBANS BOSSENT-ILS TOUJOURS POUR LA CIA ?




a été transféré ICI afin de rassembler sur un même topic tous les articles traitant de l'infiltration et l'instrumentalisation de l'Islam par les satanistes.




Dernière édition par invitée le Mer 1 Aoû 2012 - 13:51, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée

avatar

Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: DOUBLES JEUX   Lun 7 Juin 2010 - 13:48

MAGOUILLES AVEC LES TALIBANS






Le quotidien britannique The Times affirme ce jeudi que les services secrets italiens auraient payé les insurgés dans ce district pour éviter les attaques.








Dernière édition par invitée le Ven 11 Mar 2011 - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée

avatar

Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: DOUBLES JEUX   Lun 7 Juin 2010 - 14:08

SADDAM HUSSEIN PAS MORT ?









Je n'ai jamais cru aux conditions de la capture de Saddam Hussein ni à sa mort; ce type a été placé à la tête de l'Irak par les Illuminati; c'en était lui-même un.
Il était richissime, avait des avions privés, et il se serait planqué dans un trou à rats ?
J'ai lu plus tard, dans un des "Lives Jaunes", que les auteurs étaient également persuadés qu'il était toujours vivant (voir en fin de post).

Voici quelques articles exposant diverses théories.













À l'époque, on a fait beaucoup de tapage à propos de la capture de Saddam Hussein. Claironnée par la presse dominante contrôlée par le gouvernement américain comme un coup fatal contre l'insurrection qui mènerait à des réjouissances dans les rues de Bagdad, la réalité, comme nous avons vu, s'est avérée plutôt différente. Les Irakiens, de manière assez logique, semblent être moins concernés par la capture et le procès de Saddam Hussein que du fait qu'une force militaire d'occupation américaine brutale a essentiellement pris possession de leur pays et de ses ressources et a causé la mort de 655.000 de leurs concitoyens.

Après sa capture initiale en décembre 2003, Saddam a été montré devant la presse à sa première apparition au tribunal en juillet 2004 où il se trouvait accusé de 12 crimes, incluant le gazage supposé de la ville kurde de Halabja en 1988. Mais le sort (et actuellement en Irak le "sort" porte les couleurs rouge, blanc, bleu) a décrété que "Saddam" ne subira pas l'ignominie de répondre à ces accusations particulières parce que son premier procès pour le meurtre de 148 personnes dans une ville chiite en 1982 était suffisant, semble-t-il, à le condamner à la peine capitale. Le sens du relief à la Maison Blanche sur le fait que l'allégation de "gazage" n'aura pas à être disséquée est sûrement palpable, étant donné que si Saddam à gazé quelqu'un, c'était avec les armes chimiques qui lui avaient été fournies par le gouvernement américain.

Quand il est apparu pour la première fois au tribunal en 2004, Saddam était faible et pâle et on pouvait à peine l'entendre. Étrangement, l'armée américaine institua une répression sévère sur la couverture des médias du procès qui ne fut pas diffusée en direct. Les membres frustrés de la presse durent attendre la fin de l'événement pour recevoir juste QUATRE minutes d'audio et juste quelques secondes de vidéo de l'occasion. En outre, les avocats de Saddam prétendaient qu'on leur avait refusé l'accès à leur client et qu'ils avaient reçu des menaces de mort des membres du gouvernement irakien. Bien qu'aucune diffusion de média dominant à l'époque n'offrit d'explication de ces occurrences étranges, la logique suggérerait qu'il y ait quelque chose à propos de l'homme qui apparaissait au tribunal que l'armée américaine ne voulait pas que le peuple irakien et le reste du monde voient ou entendent. C'est une chose de présenter à la télévision quelques secondes d'un film spécifiquement choisies d'un sosie de Saddam, peut-être drogué ou programmé mentalement, et ainsi convaincre à moitié les Irakiens qui connaissaient Saddam que la personne au tribunal est le vrai. C'est une tâche bien plus difficile cependant de transformer la voix d'un imposteur comme celle du vrai Saddam. Il y a aussi le danger que la voix de l'imposteur puisse révéler soudainement et inopinément sa véritable identité. Il semble probable que c'était pour cette raison que l'armée américaine dut limiter et éditer la couverture audio et ensuite la "nettoyer" pour la diffusion.


[...]

Mais revenons un peu au moment de la capture réelle de "Saddam". Vous pouvez vous souvenir des images de la mise à jour d'un "trou de rat" d'un vieux clochard, dans une ferme dans le village de al-Dwar près de la ville de Saddam de Tikrit, en décembre 2004. C'était, nous a-t-on dit, "Saddam", finalement capturé plus de 7 mois après que Bush eut courageusement déclaré "mission accomplie", en sécurité sur un porte-avion américain à quai dans un port américain. Des images de la scène de capture ont révélé un trou dans le sol et un personnage genre Père Noël couché et ébouriffé avec un soldat américain solide et en équilibre au-dessus de lui pour la "photo qui vaut de l'or". L'argent, comme il se trouve, fut produit après, 750.000 $ en billets neufs de 100 $ dans une belle boîte en métal, mais ce ne fut pas long avant que des soupçons ne soient élevés par la présence de dattes jaunes sur un arbre à l'entrée du "trou de rat" (ci-dessous). Vous voyez, en Irak, les dattes croissent et mûrissent entre mars et août, avec la récolte entre août et octobre. Il est par conséquent improbable qu'une variété de dattes se trouve sur un arbre à la mi-décembre en Irak. À tout le moins, cette information nous permet de conclure que, selon toute probabilité, "Saddam" ne fut pas capturé en décembre comme prétendu par le gouvernement américain, et que nous sommes en présence d'une certaine sorte de show pour le public général.






En effet, il semble qu'une "capture" de "Saddam" planifiée et mise en scène était de connaissance générale dans les milieux politiques à Washington en 2004:



McDermott en mauvaise posture pour la raillerie de Saddam
Matthew Daly
Associated press
15 décembre 2003


WASHINGTON – Le Représentant Jim McDermott, D-Wash., qui avait droit aux grands titres l'an dernier dans le monde entier pour avoir critiqué le Président Bush quand il était à Bagdad, est empêtré dans une nouvelle controverse à propos de remarques qu'il a faites sur la capture de Saddam Hussein.
Dans une interview lundi avec une station de radio de Seattle, McDermott a dit que l'armée américaine aurait pu trouver l'ancien dictateur de l'Irak « il y a bien longtemps si elle avait voulu. »
Quand on lui demanda s'il pensait que la capture durant le week-end était à propos pour aider Bush, McDermott a gloussé et a dit, « Ouais, Oh, ouais. »

McDermott continua à dire, « C'est trop fortuit pour que ce soit juste une coïncidence. »

Quand l'interviewer Dave Ross lui redemanda s'il voulait dire qu'il impliquait que l'administration Bush avait calculé la capture pour des raisons politiques, McDermott a dit: « Je ne sais pas si c'était planifié absolument pour ce week-end, mais je sais qu'ils étaient en contact avec des gens qui savaient fondamentalement où il était. Ce n'était qu'une question de temps jusqu'à ce qu'ils le trouvent. »

« C'est drôle », a ajouté McDermott, « quand ils ont tous ces ennuis, il faut qu'ils sortent soudain quelque chose. »

Les Républicains de l'État ont immédiatement condamné les remarques de McDermott, en disant que le Démocrate de Seattle s'avançait encore dans de "folles paroles" à propos de la guerre en Irak. […]




En ces temps troublés, la vérité est étiquetée "folles paroles". Souvenez-vous que McDermott n'était pas le seul politicien américain à insinuer qu'il y avait plus à la capture de Saddam que ce qui avait été dit au public.




LaHood: la capture de Hussein est imminente
Pantagraph Staff
mardi 2 Decembre 2003


BLOOMINGTON – le Représentant américain Ray LaHood tenait son pouce et son index légèrement écartés et a dit, « Nous sommes à ça de capturer Saddam Hussein. » […]

Un membre du comité de rédaction de The Pentagraph – n'attendant pas vraiment une réponse – a demandé à LaHood plus de détails, disant, « Savez-vous quelque chose que nous ne savons pas? »

« Oui, je sais », a répliqué LaHood. […]



Donc, le 2 décembre 2003, 11 jours pleins avant que "Saddam" ne soit "capturé" par les troupes américaines, LaHood admettait que Saddam avait déjà été capturé. Allons-nous croire qu'il fut laissé dans ce "trou de rat" sous des légumes pendant aussi longtemps? Sinon, où était-il?

Faisons une pause un moment et regardons de plus près la preuve physique pour la revendication que le vrai Saddam a été capturé il y a presque trois ans. Considérez les images suivantes de "Saddam" et Saddam, en portant une attention serrée aux dents des deux hommes:



Est-ce le même homme?


Vérifiez les dents


Remarquez-vous quelque chose?



Bien que je ne prétende pas que ces images fournissent une preuve conclusive que nous ayons affaire à deux hommes différents, il semble raisonnable de suggérer qu'il y a source pour un doute significatif. La source du problème, ici, est le fait que le gouvernement américain n'ait qu'à prétendre que cet homme est le vrai Saddam pour que la vaste majorité des gens l'accepte comme un fait. Durant les mois avant sa capture, les rapports de nouvelles informaient de plus en plus le public que les troupes américaines cherchaient Saddam et s'en "approchaient". Puis, quand l'attente était à son comble: "Bingo" "Nous l'avons eu!" Avec une telle attente accumulée parmi la population générale que Saddam serait "bientôt capturé", il n'y avait pas grande chance que quiconque regarde de près les détails quand l'événement est finalement arrivé. Le fait reste cependant que quand toutes les preuves sont scrutées, nous sommes menés à la conclusion qu'il est hautement improbable que l'homme qui avait été "pris" dans un "trou de rat" en décembre 2003, était apparu au tribunal en juillet 2004, était étalé dans les tabloïdes britanniques en mai 2005, et hier condamné à mort, est en fait le vrai Saddam Hussein.

Il est ridicule de suggérer que Saddam se soit jamais permis d'être avili de cette façon. En effet, il est ridicule que les Américains aient permis à Saddam d'être avili de cette façon. Bien que Saddam fut un tyran et pas plus mauvais que les nombreux autres tyrans que les États-Unis ont placés au pouvoir, il était tout d'abord un des personnages puissants de ce monde, étant assis probablement sur les plus grandes réserves pétrolières du monde. Nous devrions nous souvenir que Saddam a été placé au pouvoir par les États-Unis et a servi d'allié américain dans le Moyen-Orient jusqu'en 1991 où il fut piégé pour envahir le Koweït et fournir la justification pour la première Guerre du Golfe. Après cela, on lui a permis de rester au pouvoir jusqu'à ce qu'il puisse être utilisé de nouveau et pour la dernière fois, comme épouvantail pour faciliter une invasion américaine directe de l'Irak.

Pour un tel service, il y a une certaine récompense. Si nous devons croire les mots de Donald Rumsfeld (pour une fois) juste avant l'invasion de l'Irak en 2003, actuellement le vrai Saddam vit en Biélorussie, ayant été déplacé en avion par l' U.S.A.F. juste avant que Bagdad ne soit "pris".




Un commandant irakien Jure qu'il a vu Saddam s'enfuir de Bagdad en avion
Bill Dash
Alamo Christian Ministries Online
16/10/2003


Le film sera bientôt rendu public d'un officier irakien de l'armée décrivant comment il a vu un transport de l'Armée de l'Air américaine emmener Saddam Hussein hors de Bagdad. Le témoignage oculaire explosif a été filmé par le cinéaste indépendant Patrick Dillon, qui est récemment revenu d'une odyssée individuelle risquée en Irak. Dans le film, l'officier qui a dit à Dillon qu'il commandait une unité spéciale de combat pendant la bataille contre l'aéroport de Bagdad et dont l'identité est temporairement cachée, explique en détail comment il a observé, tandis que le dictateur irakien et les membres de son cercle d'intimes étaient évacués de la capitale de l'Irak par ce qu'il insiste emphatiquement étaient des avions-cargos de l'Armée de l'Air des États-Unis. [...]

Dillon dit que son film prête le support principal de ce que plusieurs ont cru pendant des années: que Saddam était un peu plus qu'un outil américain, un "scélérat" orchestré, juste un sur une longue ligne de bandits utiles achetés et payés par les États-Unis pour mieux manipuler la politique et le commerce internationaux.
[...]




Hussein Zone de sécurité Donnée en Biélorussie ?
The World Tribune – le 25 avril 2003

Le Président irakien Saddam Hussein a trouvé refuge en Biélorussie, plusieurs agences de renseignement le croient.

Des sources de renseignement occidentales ont dit que plusieurs agences de renseignement au Moyen-Orient et en Europe basent cette estimation sur la nouvelle information à propos d'un vol le 29 mars de Bagdad à Minsk. Ils ont dit que le vol d'un avion-cargo affrété pourrait avoir transporté Saddam, ses fils et beaucoup de sa famille en Biélorussie.

« Il n'y a aucune preuve que Saddam était dans l'avion mais nous avons la preuve qu'un avion a quitté ce jour-là l'aéroport de Bagdad et est arrivé à Minsk, » a dit une source de renseignement de rang supérieur. « Si vous pouvez penser à un autre qui pourrait obtenir la permission de quitter Bagdad en avion au milieu d'une guerre, alors dites-le moi. »

Les fonctionnaires américains et des sources d'opposition irakiennes ont dit que Saddam et ses fils semblent avoir échappé à deux attentats mortels pendant la guerre. Mais ils n'ont pas confirmé l'enregistrement d'un vol de cargaison de Bagdad à Minsk le 29 mars, a annoncé Middle East Newsline .

Les sources ont dit que l'avion-cargo a décollé d'un aéroport d'un secteur de Bagdad non spécifié et est entré dans l'espace aérien iranien en vol vers Minsk. Ils ont dit que l'Iran n'a pas essayé d'interférer avec le vol irakien.

Environ deux semaines plus tard, un enregistrement du vol de fret a été trouvé par l'armée des États-Unis dans le sillage de la capture de l'aéroport et du reste du secteur de Bagdad. L'Aéroport International de Bagdad a été investi le 4 avril.

Des fonctionnaires américains ont dit que Saddam avait exploré la perspective de s'enfuir en Biélorussie au cours de l'année dernière. Ils ont dit que le dirigeant irakien était en contact proche avec le Président de la Biélorussie Alexandre Lukashenko et que Minsk est devenu un fournisseur militaire principal de Bagdad.

Dans les heures suivant le départ du vol cargo vers Minsk le 29 mars, le régime de Saddam fut inondé de rumeurs que le président s'était échappé.
Les sources de renseignement ont dit que les rumeurs se sont répandues rapidement partout dans le commandement militaire et parmi les officiers supérieurs.

« Il y eut un déclin significatif dans la force irakienne de combat commençant autour du 31 mars » a dit une source de renseignement. « Dans des interviews avec des interrogateurs de la coalition, des commandants irakiens ont attribué le déclin dans le combat au sentiment que Saddam s'était enfui.
»


Alors que l'article ci-dessus est intéressant et instructif, il ne réussit pas à tirer une conclusion critique: étant donné que les forces de coalition avaient la maîtrise complète de l'espace aérien irakien, le gouvernement des États-Unis doit avoir autorisé le vol d'Hussein depuis l'Irak.




Saddam peut trouver refuge en Biélorussie dit Rumsfeld
Ottawa Citizen
31.12.2002
Tony ALLEN-MILLS à Washington et Hilary MACKENZIE à Baghdad


L'ancienne république soviétique de Biélorussie est apparue comme un refuge possible pour Saddam Hussein après que les fonctionnaires américains aient laissé entendre que l'on pourrait permettre au leader irakien de fuir en exil pour éviter un assaut américain sur Bagdad.

Une visite en Irak par une délégation présidentielle de la Biélorussie la semaine dernière a coïncidé avec une suggestion par le Secrétaire à la Défense américain Donald Rumsfeld que M. Saddam et sa famille pourraient « quitter le pays. »

M. Rumsfeld a dit dans une interview de télévision : « S'il s'en fiche d'abandonner ses armes de destruction massive, alors il a choisi de partir. »

Bien que des préparatifs militaires s'intensifiaient avec la mobilisation de deux groupes de bataille supplémentaires avec porte-avions et un navire-hôpital à 1000 lits, les fonctionnaires américains ont souligné qu'aucun accord n'avait été pris pour permettre à M. Saddam de s'échapper.

La remarque de M. Rumsfeld peut avoir été rien de plus qu'une manœuvre psychologique conçue pour semer la confusion à Bagdad.

Cependant, la visite de la Biélorussie a intensifié le soupçon américain que M. Saddam pourrait faire des plans d'urgence pour une fuite de dernière minute.

Tandis qu'il est loin d'être certain que le dictateur irakien fuirait, M. Rumsfeld a récemment choisi la Biélorussie comme un des quelques pays qui pourraient lui offrir un sanctuaire.

« Si Saddam Hussein est dans un coin, il l'est parce qu'il s'est mis là, » a-t-il dit à un comité du congrès.

« Un choix qu'il a est de prendre sa famille et ses leaders clés et chercher asile ailleurs. Sûrement un des 180 pays et plus prendrait son régime — probablement la Biélorussie. »

L'ancienne république soviétique est devenue un état de parias sous le pouvoir dictatorial du Président Alexandre Lukashenko et elle est soupçonnée de violer les sanctions des Nations Unies contre l'Irak.





Saddam en Biélorussie?
debka.com

Cependant, selon notre information, le dirigeant déposé et ses fils ont été transportés en sécurité à Minsk à la fin de mars à bord de deux avions de ligne affrétés. Cette semaine, l'agence de presse polonaise PAP a envoyé une équipe de journalistes à la capitale de la Biélorussie pour vérifier ce récit. Ils citent Natalia Pietkiewicz, le porte-parole au bureau du Président Aleksandr Lukashenko, évitant une réponse directe quand on lui a demandé si l'ancien dirigeant irakien était dans le pays. Elle a dit: « Nous n'avons aucune information que Saddam Hussein soit en Biélorussie. » C'est un long chemin d'une négation totale.

La grande question est comment le trio et sa suite de plusieurs centaines d'individus réussissent à échapper aux armées de l'air de la coalition, à ce moment-là en plein contrôle des cieux irakiens, une question qui mène à une autre: comment les hommes au pinacle du pouvoir ennemi en viennent à réchapper des deux guerres que l'administration Bush a menées en moins de deux ans?



Cette dernière question est une question excellente et va droit au fond du problème. La réponse simple est que ces "ennemis" n'étaient pas des ennemis du tout, mais des idiots utiles ou des agents réels du gouvernement des États-Unis. Comme tels, quand ils n'étaient plus utiles, ils ont été mis à la retraite du service avec une excellente pension.

Considérez aussi le témoignage de l'Ancien Premier ministre russe Primakov disant que Saddam avait fait un « accord d'avant-guerre » avec les États-Unis...




« Saddam et les États-Unis avaient un accord avant la guerre »
24/06/2004 - (SA)
News24.com


Moscou - « L'ancien leader irakien Saddam Hussein a conclu un marché avec les États-Unis avant l'invasion 2003 de l'Irak en mars », a dit l'ancien Premier ministre russe Yevgeny Primakov dans une interview publiée jeudi.

« Il y avait un accord avec les Américains, aussi paradoxal que ça puisse paraître », a dit Primakov au quotidien la Gazeta russe dans un long interview.

« Pourquoi n'a t-on pas fait sauter les ponts du Tigre quand les tanks américains s'approchaient de Bagdad ? Pourquoi l'aviation et les chars irakiens n'ont-ils pas été utilisés et où sont-ils maintenant? » a demandé Primakov, un ancien chef des services secrets russes et un spécialiste dans les affaires arabes, qui était autrefois en bons termes avec Saddam.

« Pourquoi y a-t-il eu un cessez-le-feu immédiat ? Pourquoi n'y a-t-il pas eu pratiquement de résistance il y a un an? » A-t-il ajouté.

Primakov, qui dirige maintenant la chambre russe du commerce et de l'industrie, met aussi en doute l'authenticité du film de la capture annoncée de Saddam, qui a tourné autour du monde le 14 décembre.

« Ils ont montré deux soldats avec des armes à feu avec des palmiers à l'arrière-plan, près du trou (où Saddam se cachait prétendument ). À ce moment-là de l'année, les dattiers ne sont jamais en fleur », a-t-il dit.

« Finalement, n'importe quel homme peut vous dire qu'une si longue barbe (comme Saddam avait quand il a été censément attrapé) ne pouvait pas pousser en sept mois », a-t-il déclaré.

« Toute l'évidence suggère que Saddam se soit rendu plus tôt et l'histoire du trou a été inventée plus tard », a-t-il dit.


Primakov, qui était aussi le ministre des Affaires Étrangères russe, a fait deux voyages secrets en Irak à la demande du Président Vladimir Poutine, peu avant l'invasion par les troupes américaines et britanniques.



L'Iran a ensuite confirmé l'histoire du Premier Ministre russe...




Iran Media révèle un Marché Secret des États-Unis avec Saddam
Gulf News le 15 avril 2003

Une agence de presse iranienne près des figures militaires conservatrices supérieures a attribué la chute de Bagdad à un accord tripartite secret entre Saddam Hussein, la Russie et les États-Unis.

Selon l'agence Baztab, 13 jours après le début de la guerre, Saddam et le renseignement russe ont prétendument promis de remettre Bagdad avec une résistance minimale pour les forces alliées, pourvu qu'elles aient épargné les vies de Saddam et une centaine de ses parents proches. Les États-Unis, pour leur part, ont promis d'envoyer Saddam et son entourage sains et saufs dans un pays tiers.

Baztab a ajouté que Mohammed Saeed Al Sahaf, le Ministre irakien de l'information, a été instruit pour rester à Bagdad jusqu'aux tous derniers moments pour donner l'impression que tout dans le camp de Saddam était sous contrôle. L'agence a aussi prétendu que la Russie a gagné 5 milliards de $ pour orchestrer cet accord. [...]





La femme de Saddam ne pouvait pas reconnaître son mari
04/13/2004
Pravda.ru


La semaine dernière, les autorités américaines ont arrangé une réunion de l'ancien dictateur irakien avec sa femme.

Elle était la première des parents d'Hussein à rencontrer l'ex-leader de l'Irak à un nouvel endroit, à la base militaire américaine au Qatar. Accompagnée par le Scheik Hamad Al-Tani, Sajida Heiralla Tuffah est arrivée de Syrie dans son avion à réaction privé à la fin de mars.

Le résultat de leur réunion s'est avéré être tout à fait scandaleux. Sajina prétend que la personne qu'elle a rencontrée n'était pas son mari, mais son double. Si quelqu'un devait dire à coup sûr que ce n'était pas une insinuation, il aurait été facile de croire sa femme avec une expérience de 25 ans. Il est aussi possible de supposer que Saddam a simplement changé depuis le jour de la mort de ses fils, le 24 juin 2003. C'est cependant fortement peu probable. Dans le cas où nous croyons la femme d'Hussein, on devrait considérer tout le test d'ADN du leader ex-irakien comme un simple faux. Globalement, aujourd'hui, il reste davantage de questions qu'il n'y a de réponses.



Il est notable que depuis sa capture, et avec l'exception, ou peut-être à cause, de la réunion ci-dessus, "Saddam" n'a été autorisé à voir aucun membre de sa famille, amis ou avocats de son choix. La fille de Saddam, semblant aussi reconnaître que quelque chose clochait, a déclaré à l'époque que les images de "son père" au tribunal l'amenaient à croire qu'il était drogué au point de n'être « pas tout à fait conscient ». Quelques jours après sa capture, des Irakiens ordinaires réagirent avec scepticisme aux nouvelles disant que c'était le véritable Saddam.




Les Irakiens doutent que Hussein soit derrière les barreaux
Globe and Mail
18 décembre 2003


Bagdad – Jassim Abu Ahmed a presque craché son dégoût à la télévision montrant encore une autre image du Saddam Hussein hébété et débraillé.

« Ce n'est pas lui », dit Ahmed, secouant sa main et éloignant son regard de l'écran.




Dans une interview donnée à Deborah Moore en juillet 2004, un des "avocats" de Saddam, Giovanni Di Stefano, a déclaré catégoriquement que Saddam ne serait pas confronté à l'exécution et ne serait pas livré aux autorités irakiennes qui cherchent son extradition pour des crimes de guerre durant la guerre Iran/Irak. Quand on lui a demandé comment il savait ça, il déclara qu'il n'en dirait pas plus sur le sujet.

De façon intéressante, Di Stefano prétend avoir « le plus grand respect » pour Salem Chalabi, le neveu d'un actif de la C.I.A. récemment nommé Premier Ministre adjoint irakien et "ministre du pétrole", Ahmed Chalabi. Un article de l'Institut arabo-américain nous dit que, peu de temps après la "chute de Bagdad" (un nom mal approprié, s'il y en eût jamais un):

Salem Chalabi a établi le Groupe Légal International de l'Irak (IILG), qui se décrit comme « votre passerelle professionnelle dans le nouvel Irak ». Aidant Salem dans l'installation de l'IILG, se trouvait un associé, Marc Zell (le site Web de l'IILG'S a été enregistré au nom de Zell). Zell est un colon israélien de la bande de Gush Emunim (Bloc du Fidèle). Ici, le complot s'épaissit.

Zell avait été, pendant de nombreuses années, l'associé de Feith dans leur cabinet juridique de Washington-Tel-Aviv, Feith et Zell (FANDZ). FANDZ avait été installé quand Feith avait quitté le gouvernement pour poursuivre le travail d'un "agent étranger" représentant la Turquie et certains intérêts Israéliens.

Après l'ouverture à Bagdad de l'IILG, Zell s'est bientôt ouvert, aux Etats-Unis, un bureau pour Zell, Goldberg and Co., qui promet assistance à « des sociétés américaines dans leurs relations avec le gouvernement américain dans la connexion avec les projets de reconstruction de l'Irak ». Il est intéressant de noter que Zell, Goldberg utilise toujours le site Web FANDZ, le site de l'ancienne firme Feith & Zell. Ainsi, quand Zell se vante de ses connexions avec le gouvernement, les affaires savent exactement ce que ça signifie.

Dans la période de temps relativement courte depuis la chute du régime du Parti Ba'ath, IILG et Zell, Goldberg ont facilité des contrats de dizaines, probablement de centaines, de millions de dollars.

Salem Chalabi a incidemment aussi été nommé, par la Coalition, l'Autorité Temporaire pour être à la tête du tribunal irakien qui examinera et poursuivra les crimes que Saddam et ses cohortes ont commis contre le peuple irakien. En attendant, son oncle se répand en injures contre la corruption de l'ancien régime et s'exige le droit d'examiner l'affairisme et les pourcentages qu'il allègue être arrivés dans l'alimentation de l'ONU pour le programme pétrolier.




Feith et Calabi étaient au premier rang du pillage des ressources de l'Irak pour remplir les coffres de grandes entreprises américaines et israéliennes. Feith a aussi promis aux Israéliens et à leurs partisans américains que, non seulement l'Irak post-Saddam commercerait avec Israël, mais qu'il ressusciterait le pipeline Irak-Israël pour l'exportation pétrolière. Étant donné que Chalabi est clairement de mèche avec les Néo-conservateurs - les architectes de la guerre illégale contre l'Irak - ET le procureur en chef de Saddam, c'est un peu dérangeant, bien que pas du tout surprenant, qu'un des avocats de Saddam ait « le plus grand respect » pour Chalabiou, ou que Ahmed Chalabi ait rencontré "Saddam" pour au moins une petite conversation peu de temps après sa "capture".





Ahmed Chalabi discute des points plus délicats d'agir sous l'influence de "Saddam"

Encore moins surprenant alors, sont les nouvelles que Di Stefano est un fraudeur reconnu coupable avec une liste de clients, surtout d'assassins de masses, et avec son éloge pour un menteur et un voleur comme Chalabi qui pourrait être choqué d'apprendre que Di Stefano peut ne pas être en réalité un avocat du tout

De tels rapports sordides entre des dépravés répugnants ajoutent simplement à nos soupçons que toute la capture de Saddam et le procès en cours ne sont rien de plus qu'un truc de publicité soigneusement projeté, employant un faux Saddam périodiquement mis sur la scène pour entretenir l'illusion. Les producteurs de ce drame délicat sont, cependant, extrêmement prudents de limiter l'exposition de leur acteur principal de peur que la vérité qu'il est un imposteur puisse devenir plus apparente que ça ne l'est déjà.

Malgré le fait que "Saddam" ait été condamné à mort, il y a un processus d'appel potentiellement long à subir avant qu'il ne soit décidé qu'il soit confronté à la corde du bourreau; nous devons donc attendre de voir si Di Stefano a quelque information "intérieure" sur ce sujet. Peut-être que l'appel de Saddam prendra approximativement 2 années, avec une date d'exécution se trouvant juste coïncider avec les prochaines élections américaines ou peut-être que le gouvernement américain avait décidé qu'avec le verdict de culpabilité initial, il n'y a guère plus à extraire de "Saddam" dans la propagande, et, avec l'aide des médias américains dominants, le "méchant dictateur" s'effacera de notre conscience collective, que nous aimions ça ou non.




source:
diable 2 http://quantumfuture.net/fr/saddam_process.htm







01/01/07 23:36
BAGDAD (AFP) - L'assassinat d'un journaliste relance la controverse


L'exécution de Saddam Hussein proclamée et diffusée par toutes les télévisions du monde depuis samedi matin ne serait qu'une immense supercherie qui aurait permis à l'ancien dictateur - en réalité encore vivant - d'échapper à la mort, au nez et à la barbe de l'administration américaine, spectatrice impuissante de cette machinerie. C'était du moins la thèse défendue par Mohamed Slaoui, collaborateur du journal irakien Al-Mada, dès l'annonce de la mort du Raïs. Qualifié d'illuminé, dénigré même par son propre journal, il est mort dans l'explosion de sa voiture en début de soirée. Un assassinat qui, paradoxalement, donne du crédit à sa thèse si controversée.


Dès le début de semaine dernière, le journaliste confiait son scepticisme quant au résultat de la livraison de Saddam Hussein par les américains au gouvernement Irakien. « Comment [Hussein] peut-il être exécuté alors que nombre de ses proches gravitent encore autour du pouvoir et du gouvernement? [...] De plus, les États-Unis ont besoin de se débarrasser au plus vite de Saddam, et les dirigeants irakiens le savent bien. Il sera traité comme un roi, et servira comme moyen de pression sur l'administration Bush » expliquait Slaoui au journal suédois Expressen mardi 26 décembre.


C'est samedi dernier, 30 décembre, alors que l'exécution de Saddam Hussein est diffusée en boucle sur toutes les chaînes d'information, que la voix discordante de Slaoui se fait entendre. Se basant sur une information obtenue auprès d'un de ses informateurs, « quelqu'un de très haut placé », il explique que l'ancien dictateur a été transféré en toute discrétion dans une prison secrète, située à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad. Drogué ou adulateur, l'homme exécuté dans la nuit de vendredi à samedi serait donc en réalité non pas Saddam Hussein mais... un de ses sosies dont le dictateur usait pour quadriller au mieux son territoire!


Pourquoi faire croire à la mort de Saddam? Parce que d'une part, il fallait respecter la décision du tribunal pénal irakien. Et parce que, d'autre part, les dirigeants irakiens ont compris combien les différents procès auxquels devait être soumis le Raïs pouvaient déranger. Laisser Saddam Hussein se défendre, c'était dévoiler un jour ou l'autre que les États-Unis - mais aussi la France - ont fermé les yeux sur nombre de massacres tout en s'efforçant de faire de l'Irak une puissance militaire de premier ordre au cours des années 80. Laisser Saddam Hussein se défendre, c'était aussi courir le risque qu'il dépasse les soixante-dix ans, âge au-delà duquel un condamné ne peut être exécuté en Irak. Un ancien dictateur vivant et en prison, autrement dit une bombe à retardement très gênante pour la communauté internationale. Or, à l'heure de la négociation de nombreux contrats pétroliers et des discussions concernant le retrait de l'armée américaine, il est bien utile pour les dirigeants irakiens de disposer d'un tel moyen de pression.




source:
diable 2 http://www.blogg.org/blog-42195-billet-507249.html







Bien que seul un aveugle aurait pu croire que l'homme aux genoux cagneux caché dans son trou à rat fait sur mesure était le vrai Saddam Hussein, les Américains ont réussi leur coup d'intox jusqu'au mois d'avril de cette année, époque où le désastre s'est approché en l'imposante personne de Sajida Heiralla Tuffah, femme de Saddam et mère de ses enfants.

Après que les Russes aient exercé une énorme pression diplomatique, les États-Unis se sont finalement retrouvés dans l'obligation d'accorder à Sajida Heiralla Tuffah le droit de rendre visite à son mari au Qatar, où il était arrivé par avion dans des conditions plutôt luxueuses, à bord d'un jet pour VIPs de l'armée de l'Air états-unienne. On a jugé trop bas-de-gamme l'aéroport de Bagdad; de plus, il commençait à faire jaser, le prisonnier musulman rigolard et buveur de bourbon, le seul à ne pas être cagoulé, à ne pas porter des oreillettes de privation sensorielle et à ne pas subir d'abus sexuels de la part de Ricardo Sanchez.

Eh bien, on aurait pu entendre une mouche voler dans tout le Qatar. Sajida est arrivée de Syrie sous l'escorte officielle du Sheikh Hamad Al-Tani, puis est entrée dans la prison, pour en ressortir quelques instants plus tard rouge de colère, criant: « Ce n'est pas mon mari mais son sosie. Où est mon mari? Emmenez-moi voir mon mari ».

Des gradés américains se sont précipités pour éloigner Mme Saddam d'observateurs russes intrigués, et ont essayé d'insister, disant que Saddam avait beaucoup changé depuis son incarcération et qu'elle ne l'avait probablement pas reconnu. Ce qui n'était certainement pas la meilleure tactique à employer avec la femme du président irakien. « Vous croyez que je ne connais pas mon mari? » a crié Sajida en furie, « J'ai été mariée à cet homme pendant plus de vingt-cinq ans! » Puis elle s'en est allée brusquement et n'est plus jamais revenue.

Cette remarquable confrontation a été rapportée dans la Pravda et dans quatre autres journaux des pays de l'Est entre le 13 et le 17 avril, mais le New York Times et consorts se sont bien assurés que vous n'ayez pas la possibilité de lire ou d'entendre cette information en Occident. Après tout, cet évènement faisait partie intégrante de la campagne psychologique orchestrée par Wall Street et visant à convaincre le public que l'Amérique était en train de "Gagner la Guerre", et qu'on était donc priés de continuer à envoyer en Irak fils et filles et sacs mortuaires.




source:
diable 2 https://is-is.facebook.com/topic.php?uid=28038069120&topic=5311







The Body Double Revisited
Posted January 2, 2007

There seems to be a lot of momentum behind the original Body Double theory at the moment. Lets have a closer look.

In the past – particularly during the first Gulf War – the media and politicians were always quick to remind us how many body doubles Saddam had, for example The BBC‘s Panorama programme and The Scotsman both discussed the doubles, as well as work by forensic pathologist Dr Dieter Buhmann. It was pretty much held as common knowledge that Saddam had and was using Body Doubles on a regular basis.

Fast forward to today, and the issue of body doubles has been convienitently ignored by the media. Even if the “real” Saddam was captured, surely someone would have at least seen the others by now? They cant have been hiding in a hole in an orchard for 4 years!

So this brings us to the question – did they get the real Saddam? When the US infamously declared “We got ‘im!”, how could they be so sure he was the “real” Saddam? Where was the voice of caution reminding us that he might have been a double?

Just to really drive the point home here, lets look at a picture. On the left are two photos of “Saddam” before capture, and on the right are two photos of “Saddam” after capture.


Check out the teeth!



I have blown up and highlighted the lower tooth line from both the pre-capture and post-capture Saddam. As you can see, on the left we have a near perfect set of lower incisors, yet on the right we have a wobbly set of frankly pretty poor looking teeth.

Either this is a different person, or the US troops that captured Saddam beat him hard enough to really screw his teeth up this badly.

Another thing you will have noticed are the red circles. On the two lower Saddams you can clearly see a mole on his left temple. On the top-left Saddam this mole is missing. Top Left Saddam is therefore not the same individual as Lower Left Saddam due to the missing mole, and Lower Left Saddam is not the same as Lower Right Saddam due to the teeth.

Therefore there are at least 3 people who might be the real Saddam! Yet the politicians and the media have ignored this? Why? Is Lower Left Saddam the genuine article?

I’d be inclined to argue that the real Saddam wouldn’t have such poor teeth whilst all his body doubles had immaculate sets, likewise I dont think he would have sat in a hole just waiting to be captured. Perhaps Lower Left Saddam’s mission all along was to get captured and sacrifice himself so the real Saddam can escape.



Livin’ it up at Club CIA
Posted December 30, 2006

As we are all no doubt aware, the CIA America is responsible for 90% of the world’s lunatics and crackpots (the other 10% being from the UK). Osama, Saddam, Pol Pot, Pinochet – you name them and the CIA had a hand in setting them up in their cushy murderous lifestyles.

Notice how none of these people are ever seen any more!!!

No doubt that Saddam is now on a flight on his way to Diego Garcia, where he will be able to enjoy a variety of fine beverages (alcohol-free for Saddam and Osoma of course!) and foods from around the world, and exchange tall stories with the other members of Club CIA.



The Body Double
Posted December 30, 2006

One of the most obvious theories that has sprung into everyone’s mind is the Body Double.

For years the Western Media continually told us that Saddam has/had countless body doubles – individuals picked out from the population based on their age, build, height and so on and then forced to undergo plastic surgery to look like Saddam – to fool potential assassination attempts.

But what about that now? Is this the real Saddam we saw getting executed? Curiously the media has not once mentioned the body doubles!




source
diable 2 http://saddamisalive.wordpress.com/








Saddam Hussein a-t-il été arrêté? ..... Ou quel Saddam Hussein a été arrêté?


Saddam Hussein, qui s'est proclamé martyr du peuple arabe et qui, pour d'innombrables raisons politiques et personnelles, ne se serait jamais rendu à ses ennemis sionistes, s'est fait apparemment arrêté le 13 (chiffre illuminati) décembre 2003 par des soldats américains et kurdes.

Il se cachait dans un trou creusé dans la terre, aux abords d'une ferme. Il se trouvait dans le trou qu'il « avait creusé lui-même », avec 750.000$ entreposés dans une malle qu'il gardait auprès de lui. De quel sosie s'agit-il en réalité ?

Comme tout le monde le sait, Saddam Hussein avait entre 5 et 10 sosies qui ont régulièrement piégé les Américains. Nous avons vu de nos yeux un sosie de Saddam Hussein tenir un discours à la télévision irakienne. C'était le lendemain de l'apparition du véritable Saddam Hussein, qui venait démentir la rumeur que lui et ses fils avaient été tués la nuit précédente, quand les bombardements ont commencé sur Bagdad.

Tous les enfants irakiens savaient qu'il s'agissait d'un sosie. Seule la CIA était convaincue, d'après une analyse de la voix, qu'il s'agissait du véritable Saddam Hussein.

Hier aussi, quelques heures après l'arrestation, on était sûr, selon des analyses d'ADN, qu'il s'agissait de Saddam Hussein. Quand on sait qu'il faut cinq à sept jours pour faire un test ADN, on peut se permettre d'émettre des doutes sur cette déclaration. Même le chancelier Schröder semble avoir eu des doutes, car il n'a félicité Bush que pour « l'action réussie » , ce qui était très diplomate et habile. Quand on lui a présenté les photos du dictateur déchu, celui-ci ressemblait plus à un père Noël pour le peuple américain, que l'on avait arrêté à temps pour les fêtes de Noël.

C'est un bon exemple de chirurgie esthétique, car il ne ressemble plus à Saddam Hussein. Il a été en conséquence transporté hors du pays. Pourquoi le plus terrible dictateur depuis Hitler n'a-t-il pas été présenté à l'opinion publique irakienne et mondiale ?

Parce qu'on avait déjà eu des doutes du côté irakien sur la véritable identité des cadavres que l'on avait présentés comme les deux fils de Saddam Hussein? Cette arrestation semble être aussi vraie que la visite de Bush à Bagdad pour Thanksgiving et sa fausse dinde! Il est curieux que Saddam Hussein ait choisi d'attendre les Américains dans un trou, alors, qu'avant la guerre, il pouvait être sûr de profiter de l'impunité de la part des Américains, et de pouvoir dépenser son immense fortune dans quelque endroit paradisiaque. Nous verrons dans les prochaines semaines que le sujet Irak commencera à disparaître discrètement des médias, car « la paix et la tranquillité vont s'installer dans ce pays ».

Personne ne saura ce qui se prépare là-bas, et le gouvernement américain ne sera plus obligé de présenter des pertes désagréables.



Extrait du "Livre Jaune n°7" - p 335/336







Je crois que la guerre en Iraq est une diversion. Toute l'affaire ressemble à un jeu à trois cartes qui est mis en scène pour la planète. La moitié d'entre eux croit maintenant que le double de l'autre [Saddam] est l'antéchrist (Je ne crois pas que ce soit le cas non plus), à cause des actions en Iraq, et l'autre moitié est convaincue que c'est une question de pétrole, ce qui est également incorrect. Saddam est toujours sur la liste de paye. Tout ceci est une mise en scène. Une mise en scène qui va faire beaucoup de victimes.


Don Bradley

étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t300-textes-extraits-du-blog-de-cbswork
étoile 1 http://transition888.heavenforum.org/t350-textes-extraits-du-blog-de-cbswork-suite-don-bradley




Dernière édition par invitée le Dim 20 Mai 2012 - 20:33, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée

avatar

Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: DOUBLES JEUX   Ven 11 Juin 2010 - 23:51

LE CANADA DONNE 30 MILLIONS DE DOLLARS
POUR DES TERRORISTES MUSULMANS






a été transféré ICI afin de rassembler sur un même topic tous les articles traitant de l'infiltration et l'instrumentalisation de l'Islam par les satanistes.




Dernière édition par invitée le Mer 1 Aoû 2012 - 13:32, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée

avatar

Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: DOUBLES JEUX   Mar 3 Aoû 2010 - 0:56

UNE TERRIBLE HISTOIRE CACHÉE
YASSER ARAFAT










Autre lien:
ordi https://www.dailymotion.com/video/xe4tca_yasser-arafat-par-llp_news




Dernière édition par invitée le Ven 11 Mar 2011 - 21:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
invitée

avatar

Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: DOUBLES JEUX   Ven 6 Aoû 2010 - 7:00

KADHAFI









Même Khadafi aurait des origines "juives" (hybrides néphilims khazares) ?





Le monde n'est pas ce que l'on croit qu'il est ...



Bon, il ne s'agit pas de "juif", mais de sataniste; à chaque fois, c'est la même "erreur" qui est commise. Il s'agit d'anciennes lignées khazares, probablement hybrides néphilims, qui pratiquaient le culte de Baal, puis qui se seraient soi-disant converties au judaïsme. Pourquoi ne dit-on pas "Bush le chrétien", quand on parle de lui ? Faites attention, toute cette confusion de termes est voulue afin de faire des juifs des boucs émissaires, et ceux qui veulent/vont les exterminer, des sauveurs. En réalité, les autres groupes humains sont tout aussi infiltrés et responsables que les Juifs, évidemment. Les Illuminati s'arrangent pour que les "juifs" soient plus visibles, c'est tout.







Belles poignées de main franc-maçonnes, n'est-ce pas ?














LA FILLE DE KADHAFI TUÉE EN 1986 SERAIT VIVANTE







Mouammar Kadhafi aurait-il réussi à tromper tout le monde? En 1986, sa fille adoptive, Hana, avait été tuée par un bombardement américain, alors qu'elle n'était âgée que de quelques mois. À l'époque, le dirigeant libyen avait fait de ce décès tragique l'un des symboles de sa stratégie de propagande.


"La seule connue, c'est Aïcha"

Aujourd'hui, le quotidien allemand Die Welt remet clairement en cause cette disparition. "Personne n'a jamais entendu parler de cette enfant (NDLR: avant le drame). La seule fille connue de Kadhafi, c'est Aïcha, née en 77." Le corps de la petite fille avait bien été montré à un journaliste américain mais rien ne prouve qu'il s'agissait bien de la fille de Kadhafi.

Die Welt appuie son raisonnement sur plusieurs points. Le journal a obtenu une copie d'un document sur les avoirs suisses de Kadhafi gelés dans le cadre des sanctions internationales. Il s'agit d'une liste de 23 membres du clan Kadhafi où l'on trouve, à la septième place, le nom d'Hana Kadhafi avec une date de naissance, le 11 novembre 1985. Au moment du bombardement, la petite aurait dû avoir six mois.


Sur une photo avec Mandela?

Un indice est particulièrement troublant: en 99, l'agence de presse chinoise Xinhua rapporte que la femme de Kadhafi a déjeuné avec Nelson Mandela, "en compagnie de ses deux filles, Aïcha et Hana." Sur l'un des clichés (voir ci-dessus), on peut d'ailleurs apercevoir une jeune fille dont on ignore l'identité mais qui, chronologiquement, pourrait bien avoir l'âge de la petite Hana.


Entourée de gardes du corps

Selon Die Welt, Hana Kadhafi aurait passé une partie de son adolescence à Londres et s'exprimerait parfaitement en anglais. Elle serait revenu à Tripoli pour étudier. " En Libye, le fait que Hana a étudié à la faculté de médecine de Tripoli est un secret de Polichinelle ", affirme Die Welt. La jeune femme serait entourée de gardes du corps et aujourd'hui, elle occuperait un poste important au Ministère de la Santé. De plus, " les milieux diplomatiques connaissent l'existence de Hana Kadhafi depuis des années ", souligne le site d'information. De quoi renforcer encore un peu plus les soupçons. Etrange... (JC)




source:
menteur ! http://wikistrike.over-blog.com/article-la-fille-de-kadhafi-tuee-en-1986-serait-vivante-81300600.html



Tous complices, une fois de plus... Kadhafi a menti pour diaboliser les USA et se présenter en victime de la "barbarie occidentale" (rôle qu'il reprend actuellement, aidé par des "journalistes" comme Meyssan et Collon). Les responsables occidentaux se sont bien gardés de démentir, une troisème guerre mondiale et le transfert du leadership de l'Occident vers l'Orient faisant partie de leur objectif, cette diabolisation est nécessaire, ainsi que de faire croire aux résistants qu'il existe des leaders faisant partie d'une opposition. Opposition créée de toutes pièces par les mêmes qui dirigent les USA en coulisses.














KADHAFI, LE MAÎTRE DE BERLUSCONI EN FÊTES ET ORGIES




Galina Kolotnitska et Muammar Kadhafi


Berlusconi est actuellement mis en examen pour son supposé recours à des réseaux de prostitution incluant des mineures, parmi d'autres délits. L'enquête menée par les juges italiens à cette occasion a révélé que le maître de Berlusconi en orchestration des fêtes où tous les débordements étaient permis, fut son ami Kadhafi. La Repubblica publie les compte rendus de dépositions à la police de certaines des jeunes filles impliquées, parmi lesquelles la fameuse mineure que Berlusconi fit passer auprès de la police pour la nièce de Moubarak.



Ces fêtes, ainsi que leur appelation "Bunga Bunga", lui furent inspirées par Khadafi qui désignait par là un harem où des dizaines de jeunes filles nues s'exhibaient en des spectacles de danses où elles étaient mises en compétition ...

menteur ! http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/article-khadafi-le-maitre-de-berlusconi-en-fetes-et-orgies-68007554.html



L'Italie ne parle que du "bunga bunga": un jeu érotique qu'aurait pratiqué Silvio Berlusconi avec une vingtaine de jeunes femmes nues. Un nouveau scandale d'autant plus gênant pour le Cavaliere qu'il a été révélé par Ruby R., une mineure de 17 ans. Marocaine, Ruby quitte à 16 ans le domicile de ses parents, en Sicile, pour tenter sa chance à Milan. Mais la vie ne fait pas de cadeau à cette jolie jeune fille qui ne connaît personne dans la capitale de la mode. Petits boulots dans les boîtes de nuit, menus larcins, Ruby sombre dans la petite délinquance. Le 27 mai dernier, elle est arrêtée sur dénonciation d'une amie qui l'accuse de lui avoir dérobé 3.000 euros. À la surprise des enquêteurs, la présidence du Conseil appelle le commissariat: « Il faut relâcher la jeune fille, c'est une parente de Hosni Moubarak. »


L'enquête suit toutefois son cours et Ruby est convoquée deux mois plus tard par un magistrat. Dans sa déposition, la jeune Marocaine révèle alors son intimité avec le Cavaliere. Elle affirme avoir été remarquée par Emilio Fede, présentateur du journal télévisé sur une télé berlusconienne, lors d'un concours de beauté. Fede l'a alors adressée à Lele Mora, agent de stars télévisées, également proche du Cavaliere. Et c'est Mora qui l'aurait conduite à trois reprises à des soirées à Arcore, domicile milanais du président du Conseil. La première fois, Berlusconi et Fede sont les deux seuls hommes parmi une vingtaine de jeunes femmes. Ruby abandonne la fête vers 2 heures du matin sans rien noter de particulier. La deuxième fois, en revanche, la soirée dégénère en un "bunga bunga".


Les leçons du colonel Kadhafi

Selon Ruby, le "bunga bunga" est une expression décrivant un jeu érotique enseigné à Berlusconi par le colonel Kadhafi, qui le pratique avec son "harem africain". « J'étais la seule femme à ne pas être nue », a précisé la jeune femme au juge. La troisième soirée fut plus sage. Ruby, qui a précisé ne pas avoir eu de relation sexuelle avec le président du Conseil, aurait reçu en 3 mois 150.000 euros du Cavaliere. Si les magistrats restent prudents sur le témoignage d'une jeune femme instable et au passé agité, l'enquête a permis d'établir quelques certitudes.

C'est bien sur l'intervention de la présidence du Conseil que Ruby a été remise en liberté. Certains bijoux dont Ruby est en possession ont été achetés par Berlusconi. Le 14 février, date de la première soirée, le téléphone de la Marocaine a été repéré sur l'émetteur qui couvre la zone de la résidence du président du Conseil. Enfin, sur des écoutes téléphoniques, plusieurs intimes de Berlusconi font référence au désormais fameux "bunga bunga". Un faisceau d'indices qui a conduit à l'ouverture d'une enquête sur Lele Mora et Emilio Fede pour incitation à la prostitution. Aucune accusation ne pèse sur Silvio Berlusconi. Mais, pour de nombreux Italiens, la conduite privée du président du Conseil menace sa fonction, car elle le met à la merci du premier maître chanteur venu.

menteur ! http://www.lepoint.fr/monde/les-jeux-erotiques-de-silvio-berlusconi-scandalisent-l-italie-28-10-2010-1255613_24.php


Est-ce parce qu'il éprouve une infinie reconnaissance envers son "maître en orgies" que le "Cavaliere" perdit la tête et lui fit si impulsivement un baise-main lors d'un sommet de la Ligue Arabe ? Ce qui prouve en tout cas qu'ils ont bien d'autres relations que celles officielles. On dirait bien que le "maître" s'est rendu compte de la gaffe de son "disciple" et qu'il retire rapidement sa main.^^